«

»

OÙ S’EN VA LE FRANÇAIS ?

MONTRÉAL – Le sujet n’est pas nouveau, mais le débat sur l’usage du français, spécialement à Montréal, prend de l’ampleur et inquiète de plus en plus.

Quoi de plus insultant que de se faire servir en anglais dans une boutique ou au restaurant. De regarder une affiche d’un commerce où pas un mot ne résonne en français… De récents sondages nous apprennent que de plus en plus d’immigrants choisissent l’anglais comme langue première au détriment du français. Que les anglophones, particulièrement les plus jeunes, envisagent que Montréal puisse devenir plus tard une ville où l’anglais prédominera. Sommes-nous rendus assimilés au point de ne plus exiger qu’on nous parle dans notre langue ? Une octogénaire a même été contrainte d’engager une traductrice pour se faire soigner en français à l’hôpital Royal Victoria. Coût de la facture : 120 $ par jour ! Sans parler de la levée de boucliers quand le Canadien de Montréal a annoncé la nomination d’un entraîneur unilingue anglophone pour diriger l’équipe. Du jamais vu ! Le Québec s’est doté d’une Charte de la langue française (loi 101) justement pour pallier à ce genre de situation. Qui applique cette loi ? Surtout pas le gouvernement du Parti libéral qui cherche plutôt à « protéger » ses amis de Montréal. Il y a une différence entre apprendre l’anglais et s’en servir à outrance au Québec… Où s’en va le français ? Jusqu’à preuve du contraire, il s’en va chez l’diable !

 

CE QUI A ÉGALEMENT RETENU L’ATTENTION

Dimanche 1er avril – Selon les informations obtenues par le 98,5 Sports, la Ville de Québec a été votée à l’unanimité par les dirigeants des 30 formations de la LNH pour accueillir un futur déménagement de la concession des Coyotes de Phoenix. À l’heure actuelle, la Ligue cherche par tous les moyens à maintenir l’équipe dans le désert de l’Ouest américain.

 

Samedi 31 mars - Le Canadien encaisse une 50e défaite en perdant 3-2 en tirs de barrage face aux Capitals, à Washington. Le supplice achève…

 

Vendredi 30 mars – Jouant sans conviction, le Canadien s’incline facilement 4-1 contre les Rangers, à New York.

Jeudi 29 mars – Le président du Canadien, Geoff Molson, congédie le directeur général Pierre Gauthier et son conseiller Bob Gainey. Serge Savard est de retour chez le Tricolore à titre de conseiller spécial de M. Molson. Plusieurs noms circulent déjà pour prendre la relève, dont celui de Patrick Roy… – La rémunération des recteurs d’universités sème la controverse. Une compilation obtenue par Radio-Canada montre que certains recteurs d’établissements québécois reçoivent plus de 500 000 dollars par année.

 

Mercredi 28 mars – La division ferroviaire de Bombardier décroche le contrat du métro de New York pour une commande de 300 voitures de métro d’une valeur de 599,5 millions de dollars américains.

 

Mardi 27 mars – En raison d’erreurs de lecture de mammographies, pas moins de 109 cas de cancer du sein ont été détectés parmi des Québécoises qui se sont fait dire qu’elles n’étaient pas atteintes d’un cancer après qu’un même radiologiste eut mal interprété le résultat de leur examen. – Les Panthers de la Floride arrachent deux précieux points alors qu’ils triomphent du Canadien 3-2 en tirs de barrage, au Centre Bell.

 

Lundi 26 mars – Les scandales qui entourent SNC-Lavalin ont forcé la démission du président et chef de la direction, Pierre Duhaime. Il a contrevenu aux règles du code de déontologie en autorisant des paiements de 56 millions de dollars US à des intermédiaires, en contravention aux politiques internes de la société. Où est passé tout cet argent ?

A propos de l'auteur

Alain Charbonneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *